1ère conférence de carême 2017

Première conférence de Carême en l’église de Francorchamps
le mercredi 8 mars 2017

 

Se laisser aimer et façonner par le Créateur

par le Père Jean-Marie de TERWANGNEdu foyer de charité de Spa-Nivezé.

Jean-Marc de Terwangne

Jean-Marc de Terwangne

Introduction :

A propos du chant d’entrée «Sur les routes de l’Alliance », il est dit de Dieu «Tu nous mènes vers la vie. » Dieu parle à chacun d’entre nous personnellement avec le projet de nous conduire. Il s’agit donc de se laisser rejoindre pour se laisser conduire par notre Créateur.

Dieu est VIE

La Genèse dès le début nous dit que nous sommes tous créés par le souffle de Dieu. Gn 2,7 «Alors le Seigneur forma l’homme ; il n’était que poussière du sol, mais Dieu souffla dans ses narines un haleine de vie,et l’homme fut un être animé, vivant. » Nous sommes faits pour la VIE. Cette phrase résume toute l’histoire biblique et l’histoire personnelle de chacun.  L’homme est une créature différente de toutes les autres. Il a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, c’est le résultat d’un vouloir de Dieu. Personne n’a demandé de naître. L’amour de Dieu nous a précédés et il nous a créés parce qu’il nous a voulus.

La dignité humaine

Prenons l’Encyclique du pape François «Laudato Si » dans son 2e chapitre intitulé L’évangile de la Création.

L.S. 65 Saint Jean-Paul II a rappelé que l’amour très particulier que le Créateur a pour chaque être humain lui confère une dignité infinie. Ceux qui s’engagent dans la défense de la dignité des personnes peuvent trouver dans la foi chrétienne les arguments les plus profonds pour cet engagement. Quelle merveilleuse certitude de savoir que la vie de toute personne ne se perd pas dans un chaos désespérant, dans un monde gouverné par le pur hasard. ou par des cycles qui se répètent de manière absurde ! Le Créateur peut dire à chacun de nous : «Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu » (Jr 1,5). Nous avons été conçus dans le cœur de Dieu, et donc, «chacun de nous est le fruit d’une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire. »
Il faut prier pour recevoir la grâce de cet Amour. L’amour peut avoir été mal transmis. Il nous faut revenir à Dieu. «Je suis né dans le cœur de Dieu d’abord. Je suis le fruit d’un amour parfait. »Cela est source de guérison de bien des blessures. L’amour de Dieu est supérieur à toute blessure. Il nous faut donc être recréé par cet amour sans limite, cet amour qui me précède.
Ps 22, 10-11«C’est toi qui m’as accouché et placé entre les seins de ma mère.
Au sortir du sein j’étais mis sur toi, C’est toi mon Dieu dès le sein de ma mère. »
Ps 139,13-14 «C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère.
Je t’admire pour cet étonnant mystère ; prodigieuses sont tes œuvres, mon âme le sait. »
Is 44, 1-2«écoute Israël toi que j’ai choisi. Voici ce que dit le Seigneur qui t’a fait, qui t’a formé dès le sein maternel et qui t’a sauvé : N’aie pas peur Israël, je t’ai choisi. »

Même si ma formation physique ou spirituelle a pu connaître des contingences, des imperfections, des blessures ou des limites, la formation du dedans d’un Dieu Père lui est plus forte que tout.

Is 49,1«Le Seigneur m’a appelé dès le sein de ma mère,
il a connu mon nom avant que je sois né. »
Nul n’est un accident. Cela dépasse les raisonnements.
Nous entrons dans la foi. La parole pour le prophète est une parole pour chacun.
La foi est cette confiance toute simple en la Parole de Dieu pour moi. Elle s’accomplit pour moi.
A la messe, nous ne disons pas «Nous croyons »

mais «je crois » en le disant ensemble.La foi sera toujours personnelle même si elle a aussi une dimension communautaire. La foi, c’est l’histoire d’une rencontre personnelle.
ex. la communion à la messe est toujours personnelle, tout en étant aussi un geste communautaire.

La Vierge Marie

Lc 2,51 « Marie gardait tout cela dans son cœur »
Elle n’a pas compris pourquoi Jésus est resté au Temple sans les avertir pendant 3  jours. Elle n’a pas rejeté ce qu’elle ne comprenait pas. Elle l’a accueilli sachant que la connaissance lui serait donnée en temps utile. Marie est l’exemple parfait de la démarche de foi. Elle attend dans la prière ce que Dieu veut pour elle. Nous avons à la prier pour grandir dans le chemin qu’est la foi. Elle s’est laissée façonner par son Créateur au point de participer dans son corps de mère, dans sa vie, dans ses projets, à l’acte créateur de Dieu, en incarnant Jésus. D’une autre manière, c’est aussi notre chemin, rendre présent Jésus ressuscité dans le monde. La foi est un chemin de croissance.

Il a un sentiment d’abandon

Is 49,15 « Une femme oublierait-elle l’enfant qu’elle a nourri ?

N’aura-t-elle pas plus d’entrailles pour un fils ? Même si l’une d’elle oubliait,
Moi je ne t’oublierais jamais Regarde, je t’ai gravé sur la paume de mes mains. »

Ce texte est donné au moment où Israël se sent abandonné. Ce sentiment a habité Jésus dans sa Passion comme il peut aussi nous assaillir. Or Jésus a choisi de vivre pleinement notre humanité, y compris sa fragilité. Il a été fait péché sans jamais le commettre pour épouser notre humanité dans toutes ses failles pour nous rejoindre là où nous étions.

La mission

  Gal 1,15 Il a plu à Celui qui m’avait mis à part dès le ventre de ma mère de m’appeler par pure bonté et de révéler en moi son Fils pour que je le proclame parmi les nations païennes.

St Paul a été visité par Dieu lorsque le Christ lui-même s’est révélé à lui sur le chemin de Damas.

Il a été appelé pour recevoir une mission. Celle de porter Jésus aux nations non Juives. L’expérience de l’amour de Dieu fait de nous des témoin de cet amour pour nos frères. Jésus lui-même l’a dit : l’amour qui naît est appelé à être partagé. Je vous laisse un commandement nouveau :« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur. »

Mais le second commandement lui est semblable. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Il n’y a pas de plus grands commandements que ces deux-là. Ce partage nous fait grandir. A force de regarder du beau, on devient beau. C’est contagieux. Créé à l’image de Dieu, il nous faut chercher cette image en allant vers notre Créateur pour devenir nous-mêmes.

Le drame : le péché, la désobéissance, la dissemblance

Le péché a consisté à prendre notre référence, nos repères, nos balises, nos lois ailleurs que dans l’Amour.
Ps 1 Heureux est homme
Note : Ce qu’on a semé dans la vie, on le récoltera.
Ceux qui observent la loi de Dieu auront le bonheur ici-bas et dans l’autre monde. Ceux qui s’y refusent ne prospéreront pas. Jésus parlera lui de bonheur (Mt 5 Les Béatitudes)

 Rm 5, 12 Un seul homme a fait entrer le péché dans le monde, et par le péché la mort.
Rm 5, 15-16 Tous mourront par la faute d’un seul, mais la grâce de Dieu se multiplie plus encore quand ce don gratuit passe d’un seul homme, Jésus-Christ, à toute la multitude. Il n’y a pas de comparaison entre ce pécheur tout seul, et le don de Dieu maintenant.

L’espérance
Malgré le péché, la grâce ne cesse pas. Il nous faut renaître à la VIE, car la mort a traversé toute vie humaine.
Jér 18,6 « Vous êtes dans ma main comme l’argile dans les mains du potier. Dieu est le potier. Il ne peut vouloir former que de belles poteries. Le Psalmiste ne dit-il pas :« Je te bénis Seigneur, pour la merveille que je suis. » Il faut apprendre à lâcher prise, à se laisser façonner par le divin potier. C’est son travail. L’orgueil consiste à ne pas se laisser travailler, à croire qu’on se débrouiller tout seul. La conversion de St Paul (Ac 9) est un bon exemple. Il doit être aveuglé, rendu aveugle par Dieu pour devenir un évangélisateur, voyant bien loin que d’autres. Paul est recréé car il est tombé par terre, son orgueil anéanti, pour prendre un chemin de vie par le baptême qu’il reçoit. L’Esprit lui révèle sa vraie identité : il est fils de Dieu en plénitude. Tout change. Il dira :
2 Co 5, 19-21 Dans le Christ, Dieu réconciliait le monde avec lui-même et ne tenait plus compte de leurs fautes. Il nous a confié le message de la réconciliation. Oui, nous smmes les ambassadeurs du Christ, et à travers nous, c’est Dieu qui appelle… Laissez-vous réconcilier avec Dieu… La puissance de la parole proclamée par Paul vient de son expérience de mort et de résurrection. C’est un appel à sortir de nos tombeaux ; autrement dit à entrer dans le règne de la résurrection. Jésus a été identifié au péché pour nous transmettre sa vie éternelle. Nous devons donc recevoir le secours de Dieu. Or, c’est maintenant le moment favorable, l’heure du Salut.

Joël 2, 12-13 Revenez à moi de tout votre cœur. Il est encore temps : jeûner, pleurez et lamentez-vous. Déchirez vos cœurs et non vos vêtements : revenez vers Dieu car il est tendresse et pardon, lent à la colère et riche en miséricorde…

Le vrai Carême

Il s’agit de vivre un carême de CŒUR. C’est là l’essentiel, beaucoup plus que quelques privations, chocolat, alcool, TV,  perte de temps…

Jeûne : il s’agit de renoncer pour faire place à Dieu.
LARMES : c’est le vrai repentir du cœur.
DEUIL : que dois-je laisser derrière moi ?

pour mieux vivre la grâce de mon baptême,
pour avancer libre là où Dieu me conduit,
pour dépasser ce que je vis en vue de progresser…

Conclusion :

Chacun est appelé à vivre un chemin de joie, lié à la réconciliation vécue avec Dieu mais aussi en communion avec les autres, en église. C’est notre chemin de joie, être refaçonné par le Créateur en le laissant soulever la pierre de notre tombeau pour nous ressusciter dès aujourd’hui. Mais c’est aussi la joie de Dieu. Songeons aux 3 Paraboles de la Miséricorde (Lc 15) où nous est dit
« Il y a plus de joie au ciel pour un seul pécheur qui se convertit que pour 99 justes »
« Ton frère était perdu. Il est revenu. Fêtons et festoyons »

Chant : Trouver dans ma vie ta présence. P. 205

Publicités