Deuxième conférence de Carême par le frère Hubert Thomas o.s.b.

Eglise de Stavelot le jeudi 1° mars 

LE TOMBEAU VIDE

(méditation/réflexion sur le tombeau vide)

Le tombeau vide : c’est ce que les femmes vont découvrir au matin de Pâques ; il y a là un paradoxe.
Or la Résurrection est la clef de compréhension de tout le Nouveau Testament ; « si le Christ n’est pas ressuscité , notre foi est vaine », dit St Paul.
Mais les textes parlent davantage du tombeau vide que de la Résurrection elle-même : pourquoi ?
Suivons quelques pistes , pour entrer dans le mystère.
Première piste
Pourquoi la Résurrection n’est-elle pas davantage racontée ?
Pour la résurrection de Lazare , nous disposons d’un récit complet ; le récit de la Résurrection de Jésus est beaucoup plus sobre.
Notons que Lazare est ramené dans cette vie-ci , et connaîtra la mort.
La Résurrection de Jésus est impossible à exprimer avec des mots.
Jésus s’échappe de cette vie , mais le vide du tombeau n’est pas une pure déficience.
« Il n’est plus ici » : le raconter, ce serait capter le passage dans l’Au-Delà.
Mais notre DÉPRISE n’est pas une condamnation au silence ; le récit continue, sous l’impulsion d’une Parole venue d’ailleurs.
Inutile de nous maintenir devant le tombeau vide ; le récit évangélique nous invite à découvrir l’au-delà de toutes nos expériences.
Pourquoi la souffrance ? Pourquoi l’amour ?
Là aussi , de l’insaisissable , auquel il faut consentir pour rester humain.
Deuxième piste
On bute sur du vide : la vie a plus d’un tour dans son sac !
Les petites « vérités portatives » auxquelles nous accédons nous invitent à dépasser notre cadre habituel.
On vit une expérience singulière , mais elle n’épuise pas le potentiel de la vie !
Troisième piste
Le tombeau vide nous invite à ne pas chercher les vivants parmi les morts.
Tout l’enseignement de Jésus est une invitation à choisir la vie.
Nous ne sommes pas des tombeaux : la mort n’est pas victorieuse.
Où cherchons-nous la vie ? L’enseignement de Jésus , c’est que dès maintenant, il faut passer au-delà de la mort !
Dépasser la mort, c’est cela la foi.
Quatrième piste
Les gardiens du tombeau sont des gardiens du vide !
L’Évangile est un appel à ne pas tourner en rond ; la mort n’occupe pas le premier plan.
Pratiquement: si vous gardez du vide , allez voir ailleurs !
Cinquième piste
Quelque chose s’est renversé.
La Résurrection de Jésus est le commencement de la résurrection des morts (St Paul).
Ce qui est premier, c’est cette force de la Résurrection, c’est l’ouverture de Jésus à l’action ressuscitante du Père.
S’il y a la loi de la mort qui règne sur le monde, il y autre autre Loi , qui est la Loi de la Vie.
La loi de la mort n’a pas le dernier mot . La Résurrection crée de la place pour autre chose : un tombeau vide vient casser la loi de la mort !
Comment recommencer le monde autrement ? En allant du côté de la vie (pensons, a contrario,à la marche actuelle du monde…)
Sixième piste
Le tombeau vide et la loi.
Jésus a été arrêté, jugé et condamné suite à une entente entre Juifs et Romains pour que ces derniers le mettent à mort.
Le tombeau vide fait apparaître un vide juridique : le mécanisme judiciaire mis en marche aboutit à…un tombeau vide !
On ne peut donc plus prendre la loi comme instance dernière de l’existence : la loi peut faire oeuvre de mort ! On tue encore aujourd’hui sous couverture de la loi.
(Exemple actuel : une loi qui permettrait des visites domiciliaires pour dénicher des migrants…ne fait pas oeuvre de vie !)
Ce qui importe, ce n’est pas d’être conforme à la loi, mais d’être dans la vie plus forte que la mort.
Celui qui veut être conforme, en règle, se met à l’étroit, et ne sera pas dans la Joie, qui est dans les forces neuves de la vie !
(« La vraie vie est ailleurs », dit Rimbaud).
La nouveauté du monde , elle est hors du tombeau.

Septième piste

« Laisse les morts enterrer les morts ».

Suivre Jésus, c’est suivre le Ressuscité , c’est se mettre dans le souffle créateur de Dieu qui ressuscite les morts.
C’est PARCE- QUE nous le suivons que nous pouvons lâcher prise (et non le contraire !)
Conclusion
Le tombeau vide ne nous incite pas à crier au miracle !
Mais il nous invite à ouvrir nos vies à des possibilités nouvelles, à la surprise, à l’inattendu.
Nous n’attendons pas que Dieu fasse des miracles pour le reconnaître , mais nous le reconnaissons comme le Dieu des vivants , et non des morts.
Hervé GOYENS
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s